Association Les Amis de Thionck-Essyl - retour à l'accueil

Témoignages

Séjour 2012

A la mi-janvier nous sommes arrivés au village après une passionnante excursion en pays bassari  et au parc du Niokolo Koba.
Deux ans après notre dernier séjour nous avons retrouvé le village quasiment inchangé. La récolte de riz se terminait ; elle a été médiocre cette année à cause du manque de pluie. Les femmes étaient à pied-d’œuvre dans les trois potagers collectifs soutenus par l’association. Il reste à faire la clôture du potager de Kamanar. Nous avons été joyeusement accueillis par les femmes en plein travail d’arrosage.

Avec Moussa le responsable du projet miel nous avons visité quelques ruches en activité. Nous espérons que la récolte de cette année va permettre de commencer les remboursements du prêt.

Lors d’une petite réception à l’école Mambouna Diatta nous avons remis au responsable devant  l’équipe enseignante et un représentant des parents d’élèves l’argent récolté par l’action de solidarité des enfants de Mesquer. Les citronniers et orangers plantés il y a deux ans ont bien poussé ( chaque classe est responsable de son arbre ). En même temps nous avons visité la classe maternelle et  celle de CM1. Le directeur nous a remis un projet de poulailler scolaire qui serait installé près du potager. Toujours dans le but d’améliorer l’ordinaire de la cantine et de dégager un petit bénéfice pour la coopérative scolaire.

En parcourant le village nous avons rencontré la plupart des amis de l’Association et surtout nous avons eu la chance d’assister à un mariage et à une rencontre de lutte traditionnelle contre le village voisin de Mlomp. Victoire de Thionck-Essyl ! Ambiance garantie.

Le staff du campement avant un départ en excursion dans les bolongs.

Le campement  Abeukoum  est toujours un lieu idéal pour se reposer en pleine  nature  au bord des rizières. Bonis, gérant du campement et membre fondateur de l’Association, a apporté quelques améliorations : un mur de clôture presque terminé qui va empêcher les animaux de manger les arbustes ; une plantation de bougainvillées est prévue pour la prochaine saison des pluies ; il y a maintenant  trois douches,  trois toilettes et des moustiquaires à toutes les fenêtres ; les panneaux solaires subventionnés par l’association suffisent pour l’éclairage mais Bonis prévoit de nouveaux panneaux ainsi qu’un onduleur pour pouvoir installer un réfrigérateur. Pour que le campement soit vraiment rentable il faudrait davantage de clients. Malheureusement l’insécurité en Casamance, à notre avis abusivement amplifiée par les médias, nuit gravement au tourisme.

De nouveau nous encourageons  nos adhérents à faire le voyage pour découvrir la vie traditionnelle diola. Jusqu'à maintenant personne ne l’a regretté.
Marie-Annick, Maryvonne, Yves et François.

Message de sympathisants (Marie Edith RAGUIN et Michel Gauvin de Derval) août 2013 :

Nous avons séjourné quelques jours en Août à "Abeukoum". Avons été bien reçus par Bonis qui a fait son possible pour que tout se passe bien malgré notre manque d'organisation. C'était réconfortant de l'écouter et échanger avec lui ,car vivre à l'africaine dans les familles n'est pas de tout repos (ceci dit nous sommes au coeur de leur authenticité de vie). Pour moi le campement a été un petit havre de sérénité et une parenthèse dans notre séjour pendant lequel quelques péripéties nous sont arrivées.

Marie Lelièvre, février 2014

Superbes moments partagés dans le village de Thionck Essyl où nous avons pu, grâce à Bonis, découvrir les différents quartiers, les jardins cultivés, les marchés et différents lieux de récoltes et d’artisanat ; rencontrer les habitants de Thionck Essyl, participer à des fêtes et réunions familiales et bien entendu se rafraîchir sans modération Chez Rabi et Chez Blase, les deux bars du village dans une ambiance festive et conviviale ! Le campement Abeukoum est un havre de paix, en bordure du village, entre la forêt sacrée  où Thuram ne manquera pas de vous faire les récits des rites et croyances animistes , et les rizières où Modou veillera sur vous et vous présentera toutes les richesses de cette région située à l’embouchure du fleuve Diouloulou d’où Ibrahima naviguera merveilleusement bien vers les ïles de Kouba et de Carabane. Je garde bien évidemment de très bons souvenirs de toutes les personnes rencontrées sur le campement : Emilie, Sony, Hibou, Comino … Enfin, c’est également par ce voyage que j’ai pu découvrir l’association, apprécier les liens d’amitié et mesurer l’importance des projets qui s’y construisent. L’assemblée générale a été un véritable moment de partage entre les adhérents où chacun a pu réaliser un bilan des actions menées et exprimer ses difficultés et ses souhaits. Cela a été aussi l’occasion de fêter cet événement par un repas et des danses et de pouvoir échanger sur nos pays, nos façons de faire, de penser en montrant que malgré nos différences, nous partageons les mêmes valeurs humaines.

Pierre Lelièvre février 2014 :

Par l'association j'ai découvert un pays, une région, un village, une population, une façon de vivre, dans le partage et dans l'échange ; j'ai pu tisser des liens d'amitié et comprendre qu'avec de modestes moyens nous arrivons à cibler des projets utiles avec nos amis essyliens. J'invite chacun à venir en Casamance et à Thionck Essyl séjourner au campement Abeukoum, voir les réalisations de l'association, et à voyager à travers le pays pour découvrir et échanger, afin de revenir riche de souvenirs et d'émotions.

2015 : voyage sur la côte nord de la Casamance

Noël DELOURME, Yves JOBARD, membres de l’association, Laura LELIEVRE et Pierre LELIEVRE (président de l’association en France) accompagnés de Bonis DIATTA responsable du campement d’Abeukom et du chauffeur DIATTA. Petite excursion de 4 jours : Voyager c’est rencontrer, c’est aussi reconnaitre. La Casamance, c’est la complicité et la connivence. De ces lieux imaginaires, que l’on retrouve familièrement dès le premier contact. Un pays que l’on a l’impression de reconnaitre, qui vous séduit au premier regard et vous apprivoise au hasard du voyage et des rencontres. Nous avons commencé au campement de Niafrang, au bord de la mer, à quelques kilomètres d’ABENE.
> Lire la suite